POSEY 1

POSEY 1

Mali, Région de Kayes

Programme d’Optimisation du Service Public de l’Eau dans le Cercle de Yélimané

10 centres, 3 communes. 31 000 usagers. Budget : 1 288 000 €. 2010 – 2015.

Partenaires financiers : SEDIF (56%), ressortissants (37%), exploitants (2%), villageois (5% – valorisé)

Les acteurs : les Communes de Diafounou Tambacara, Guidimé et Tringa en tant que maîtres d’ouvrage, les Associations des Usagers de l’Eau, les exploitants, les associations de ressortissants maliens vivant en France,  le Groupe AGED-2AEP et SEVES en tant qu’opérateurs.


Etat des lieux

Au Mali, 89% des habitants en milieu urbain ont accès  à une source d’eau protégée et 50% en milieu rural (JMP 2012).

Les communes maliennes ont bénéficié pleinement du transfert de compétences dans le domaine de l’eau. Elles ont la pleine autonomie pour financer des infrastructures, et doivent nécessairement déléguer la gestion du service, la gestion en régie n’étant pas prévue dans le cadre réglementaire.

Les principales difficultés rencontrées sont les suivantes :

  • des structures de gestion partiellement organisées,
  • des difficultés de fonctionnement liées notamment aux limites du bénévolat,
  • une épargne destinée au renouvellement des équipements insuffisamment sécurisée et très peu valorisée,
  • l’incapacité des acteurs existants à mettre en œuvre les recommandations des rapports d’audit,
  • le faible contrôle de l’autorité délégante.

Les autorités maliennes placent au cœur de leurs préoccupations la question du développement d’infrastructures d’eau potable, mais aussi celle de la pérennisation des investissements réalisés.


Cartes des centres bénéficiaires du POSEY 1


Organisation du service public de l’eau

Dans tous les centres avec AEP, un travail d’organisation du SPE a été réalisé, il comprenait :

  • Une explication du cadre sectoriel de l’eau au Mali.
  • Une description des rôles de chacun avec la séparation entre les rôles bénévoles de représentation des usagers (membres du Conseil d’Administration des AUE) et professionnels du service d’eau, le rôle du STEFI et celui de la commune.

A partir de la formation au cadre sectoriel, les AUE ont été réorganisées (nouvelles élections) et accompagnées dans leur structuration (élaboration des statuts, des procédures, etc.). En fonction du centre concerné les AUE ont opté parmi 2 types de gestion du service :

  • La gestion associative avec l’exploitation du service par un Directeur d’exploitation salarié, et responsable du bon fonctionnement et des performances du service devant l’association.
  • La gestion déléguée avec la délégation de l’exploitation à un investisseur/exploitant, également responsable du bon fonctionnement et des performances du service devant l’association, et qui a investi dans tout ou partie des équipements renouvelables.

Processus de structuration du SPE dans les centres :

Une fois ce choix réalisé, l’exploitant ou le Directeur d’exploitation a été formé sur les enjeux de gestion du service, et accompagné dans le processus de recrutement de ses agents. Les agents d’exploitation ont été formés techniquement à leurs tâches.


Travaux

Le projet a permis :

  • la réhabilitation de 4 AEP : Tambacara, Ouologuela-Bangassy, Guiffi, Dialaka,
  • la réalisation d’une nouvelle AEP dans le village d’Hamdallaye DG,
  • l’optimisation de l’AEP de Kodiè.

Les travaux ont compris la réalisation de nouveaux forages (3 forages positifs), la réhabilitation (2) et la réalisation (1) de 3 châteaux d’eau, la fourniture et la pose de réseau de refoulement et de distribution, la réalisation d’un local d’exploitation (abri-groupe), et la solarisation de 3 AEP. Au cours du projet, les associations de ressortissants ont financé, en plus de leur contribution aux ouvrages patrimoniaux, plus de 200 branchements privés.